Consommateur conscient: plus facile que vous ne le pensez!


    Rédactrices: Juliette Freitas-Bourassa, Alice Liang et Mia Mantha

    Éditrice: Marie-Ève Julien, enseignante de français


    Cette année, le Collège Jean-Eudes a comme thème l’engagement de chacun, que ce soit dans ses études, dans son sport ou dans son art... Curieuses à propos des sujets concernant l’environnement, nous pensons qu’un engagement important du Collège est le virage vert. Pour réussir à diminuer notre empreinte écologique, nous croyons que chacun doit faire sa part, une étape à la fois. Suivant ce principe, nous avons appris en classe que notre consommation alimentaire joue un grand rôle par rapport à notre empreinte écologique. Voici donc quelques informations qui vous permettront d’en apprendre plus sur l’alimentation végétarienne et végétalienne ainsi que sur la réduction de votre apport en produits animaliers.



    L’alimentation durable

    Pour débuter, définissons ce qu’est une alimentation durable. Ce type de régime propose une alliance entre la santé des humains et la santé de notre planète. Pour créer ce type d’alimentation, il est essentiel de manger varié. Si vous optez pour une alimentation végétarienne ou végétalienne, c’est votre devoir de trouver une source de protéines. Il faut bien protéger la Terre, mais soyons conscients que nous avons aussi besoin de manger sainement.

    Vous vous demandez peut-être pourquoi opter pour une alimentation durable. Eh bien, il y a plusieurs raisons pour se tourner vers ce régime alimentaire, que ce soit pour des raisons de santé, pour l’environnement ou pour le respect de la vie animale; bref, tout dépend de ce qui vous importe, de vos croyances et de vos valeurs. Il a été prouvé que s’alimenter de divers végétaux (fruits et légumes) diminue les risques de développer des maladies cardiaques et le diabète. De plus, une diète végétarienne ou végétalienne a des effets positifs sur l’environnement. En effet, les ressources utilisées pour produire notre nourriture varient selon le type (fruits, légumes, viandes et substituts, produits laitiers, céréales). Par exemple, la production d’un kilo de blé utiliserait 10 à 13 fois moins d’eau que la production d’un kilo de bœuf selon le Water Footprint Network.


    Source : https://waterfootprint.org/

    Comme vous le constatez, la production des produits végétaux utilise bien moins de ressources que la production de viande. Il est à savoir que la réduction de la consommation animalière de la population en général a un impact positif plus important sur l’environnement par rapport à quelques personnes qui ont adopté une alimentation végétale. Il vaut bien la peine de réduire sa consommation de viande, n’est-ce pas?


    Les types d’alimentation végétale

    Pesco-végétarien: Il consomme seulement du poisson comme protéine.

    Lacto-ovo-végétarien (lacto-végétarien/ovo-végétarien): Il consomme des produits laitiers et/ou des œufs comme produits animaliers.

    Végétalien: Il ne consomme aucun produit animalier; par exemple, le miel n’est pas végétalien/végan, car il est produit par les abeilles.

    Végan: Il ne consomme aucun produit animalier dans toutes les sphères de sa vie; par exemple, il ne vas pas acheter un chandail de laine, car la laine est produite par des moutons.

    Flexitarien: Il consomme des produits animaliers à l’occasion.


    Pour conclure, il est plus facile de faire une différence et de modifier sa façon de consommer que nous le pensons! Une chose cruciale à retenir est que l’effort collectif fait toute la différence… Réduire, varier, changer graduellement sont les grandes lignes vers une consommation alimentaire plus écoresponsable. Nous tenons à remercier Madame Cynthia Chabot, nutritionniste-diététiste, pour tous les faits intéressants qu'elle nous a appris lors de sa conférence.


    Source d’informations : Conférence «L’alimentation végétale» de Cynthia Chabot, nutritionniste-diététiste. Pour consulter le soutien visuel (diaporama) de la présentation, cliquer ici.